Entrevue avec Michael Jackson

Entrevue avec Michael Jackson

« Bonjour, je m'appelle Michael Jackson. Je ne chante pas, je ne danse pas et je ne bois pas de Pepsi. »

Pendant des années, c'est ainsi que Michael Jackson (1942), auteur de livres sur la bière et le whisky, s'est présenté pour se distinguer de son homonyme un peu plus célèbre, qui chante, danse et boit du cola. Avec Matthew, mon ami et guide touristique, ce qui est impératif dans une ville comme Londres, j'ai rendu visite à Michael Jackson. L'homme qui s'est aventuré à écrire des livres sur la bière et plus tard sur le whisky, au lieu de livres sur le vin, ce qui était la tendance depuis des années à l'époque.

Quelque part dans le quartier de Hammersmith, à l'ouest de Londres, dans une ruelle que même le chauffeur de taxi londonien a eu du mal à repérer, nous avons trouvé Michael dans son bureau. Un bureau rempli de livres, de bouteilles de bière et de whisky, et de verres partout. C'était une ancienne brasserie, avec un café dans la rue voisine, le « Rising Sun ». « Asseyez-vous, et dites-moi ce que vous voulez boire : une bière, un whisky ou un café froid ? » a été sa phrase d'accueil. Il savait que je n'étais pas venu juste pour me détendre, mais pour faire une interview, et avant même de nous avoir servi un verre, il a commencé à raconter sa vie, parlant généreusement tout au long de l'entretien. « J'ai bu mon premier whisky quand j'étais tout petit. Je suis né frère jumeau et j'étais beaucoup plus petit et plus fragile que mon frère à la naissance. Ma mère s'attendait à ce que je meure, mais au lieu de cela, c'est mon grand frère qui est mort quelques jours après notre naissance. Suite à sa mort, mes parents m'ont surprotégé en grandissant. Très tôt, on me donnait des œufs battus avec du whisky. À l'âge adulte, mon père m'a offert un blended whisky, mais je n'aimais pas trop cela. Après être devenu journaliste, je voulais vraiment travailler en Écosse, bien que je sois un Anglais du Yorkshire. J'étais très ambitieux et j'ai rapidement obtenu un emploi au Daily Mail à Édimbourg. Moi et l'un de mes collègues, un Écossais, sommes devenus de très bons amis. Nous nous asseyions souvent au pub pour parler de tout et de rien autour d'une pinte. Les Écossais ont des habitudes étranges, comparé aux Anglais. Un jour, il a voulu se battre avec moi, ce que j'ai refusé. Il a dit : "Quel genre d'ami es-tu si tu ne veux pas te battre avec moi ? "Toi, l'Anglais, a-t-il poursuivi, as-tu déjà goûté au whisky ?" Je lui ai raconté mon expérience avec mon père, et il s'est mis à rire. "J'ai compris, tu n'as jamais essayé le whisky de malt." En fait, je n'avais jamais entendu parler du whisky de malt et nous n'avions jamais bu que de la bière, pas du whisky. C'était en 1961, si je me souviens bien, et il n'y avait pas beaucoup de whiskys de malt disponibles dans les pubs d'Édimbourg. Peut-être un ou deux, tout au plus, mais mon ami écossais a commandé un Glen Grant de 12 ans d'âge, d'une couleur étonnamment claire. C'était mon premier malt et je le trouvais très bon. J'ai perdu le contact avec mon ami écossais au fil du temps. Bien des années plus tard, je l'ai rencontré à nouveau. Il avait livré un dur combat contre l'alcool et s'était maintenant tourné vers le Seigneur et l'abstinence. J'en suis venu à la conclusion que ce qui l'avait détruit, le whisky, m'avait au contraire rendu fort.

Après mon aventure écossaise, je suis parti à Londres. J'ai travaillé comme journaliste et ai toujours été particulièrement déterminé, ce qui m'a valu plusieurs promotions. Après quelques années en tant que journaliste, j'ai eu envie de découvrir le monde et j'ai décidé de partir aux Pays-Bas. Je me suis installée à Amsterdam, où je suis devenu le premier rédacteur en chef du magazine Holland Harold. J'ai fini par créer moi-même le contenu de l'ensemble du magazine. Pendant que j'étais à Amsterdam, je me rendais régulièrement en Belgique et en Allemagne. J'ai eu une petite amie et elle m'a demandé de retourner en Angleterre, sans aucun emploi. Après avoir été au chômage pendant un certain temps, je suis tombé sur une annonce pour un travail a priori ennuyeux. Ma petite amie m'avait cependant incité à postuler et j'ai été accepté à World Press News. En peu de temps, j'ai transformé ce travail ennuyeux en un travail de rêve en changeant le concept et le nom en "Campaign". Le magazine est devenu très populaire et d'autres éditeurs ont commencé à copier le concept. Mais j'étais apparemment devenu trop difficile et j'ai été licencié pour avoir refusé de porter un costard au boulot.

Je n'avais pas peur de rester sans travail pendant de longues périodes. On me surnommait le "docteur des magazines" et les éditeurs se bousculaient pour m'avoir. Malgré cela, j'ai créé ma propre entreprise avec un partenaire, qui se concentrait principalement sur l'industrie du tourisme. Plus tard, nous avons pensé à publier des livres.
À cette époque, ma sœur travaillait à la mise en page de World Atlas of Wine de Hugh Johnson. À l'époque, le vin était le seul sujet sur lequel on écrivait des livres, pas la bière ou d'autres boissons. Je me suis dit : si ça marche pour le vin, ça devrait marcher pour la bière. J'ai discuté de mon idée avec mon partenaire, mais il était plus intéressé par l'écriture de films d'horreur. Il n'aimait pas du tout mon idée, cela coûterait trop cher de voyager et de prendre des photos. J'ai réussi à trouver une personne capable d'écrire des films d'horreur, mais je suis resté fidèle à mon projet et mon partenaire et moi avons décidé de nous séparer. J'ai vendu mes parts et utilisé cet argent pour commencer à écrire mon livre sur la bière. Lorsqu'il fut prêt et que j'ai frappé à la porte des éditeurs, on m'a refusé. L'argument était qu'un buveur de bière boit et ne lit pas, entre autres raisons. J'ai toutefois réussi à trouver un éditeur qui a publié mon livre sous le nom de "The World Guide to Beer" en 1977.

Après avoir écrit trois livres sur la bière, j'ai pensé qu'il était temps d'écrire au sujet de cette autre boisson, celle que j'ai découverte en Ecosse en 1961, le whisky de malt. L'idée d'écrire sur le whisky est en fait venue de Wallace Milroy, qui possédait un magasin de spiritueux près de mon bureau à l'époque. Je lui ai montré le manuscrit lorsqu'il était finalisé. Je le lui ai donné un samedi et il avait fini de le lire le lundi suivant. Sa seule remarque fut qu'il ne savait pas que les fûts de porto étaient utilisés pour faire vieillir le whisky de malt.
Avant de me lancer dans l'écriture du livre sur le whisky, on m'avait conseillé de ne pas le faire, pour les mêmes raisons que la fois précédente. Heureusement, un éditeur a vu du potentiel dans ce livre. A tel point qu'il m'avait donné une avance pour payer mes voyages. Mais alors que l'ouvrage était presque terminé, ils se sont retirés et ont demandé à récupérer leur argent. Mon agent de l'époque leur a toutefois conseillé de compter leurs pertes et les avait menacés de poursuites pour diffamation et d'une compensation pour le manque à gagner... Il me restait donc de l'argent et j'ai atterri chez Dorling Kindersley (D.K.). Je voulais l'appeler "Single Malt Scots Whisky and the Rest of the World", mais l'éditeur a opté pour le titre "The World Guide to Whisky", qui a été publié pour la première fois en 1987. Il faut savoir que D.K. était à l'époque une scission d'un autre éditeur. Cet autre éditeur était souvent présent dans le public lors des cérémonies de remise des prix du livre. D.K. avait raflé plusieurs prix sous leurs yeux, dont une fois lors de la remise du prix Glenfiddich du meilleur livre sur le whisky.
Mon "World Guide to Whisky" a remporté ce prix, ce qui a incité mon éditeur à me féliciter. Avec un air triomphant, il m'a demandé si j'allais écrire un nouveau livre sur le whisky. J'ai répondu : "Oui, je vais écrire un livre qui portera uniquement sur le whisky de malt écossais et qui s'appellera "Whisky Companion"". "Pensez-vous qu'il se vendra ?" m'a-t-il demandé. "Je pense que oui, surtout aux États-Unis et peut-être aussi en Angleterre." J'ai été à nouveau félicité et, une fois la fête terminée, j'ai commencé à travailler sur mon "Malt Whisky Companion".

C'est en 1989 que ce guide des whiskys de malt dégustés par mes soins a été publié. La première édition comptait 250 notes de dégustation. L'année dernière, la cinquième édition est sortie dans les magasins, avec plus de mille notes de dégustation. Il s'est vendu à un million d'exemplaires dans le monde et a été traduit dans plus de 15 langues.
Après "Whisky Companion", j'ai écrit un troisième livre sur le whisky intitulé "Scotland and its Whisky's". Il s'agit en fait davantage d'un livre photo que d'un livre sur le whisky et, pour être honnête, c'est une idée inspirée du livre "Tuscany and its Wines" de Hugh Johnson. En effet, je dois beaucoup aux idées de Hugh, mais cela ne signifie pas que je les ai copiées, sinon j'aurais commencé à écrire sur le thème du vin. »

Le 30 août 2007, Michael Jackson décède subitement d'une crise cardiaque. Depuis le 27 avril 2009, date de naissance de Michael, on observe la Journée internationale du whisky en levant un verre de whisky à sa mémoire, pour célébrer sa vie.

 

 

Texte et images : Robin Brilleman

Robin Brilleman est un écrivain et journaliste de renom spécialisé dans le whisky, tant au niveau national qu'international. Il a fait ses débuts dans le monde du whisky il y a plus de 18 ans et a écrit plusieurs livres sur le sujet, dont « The Chemistry of Scottisch Malt Whisky » et « 102 Myths from Whisky land ». Il donne également de nombreux cours et partage ses connaissances de toutes les façons possibles au Dutch Whisky Information Center. Il

Ajouté aux favoris.